Rando Raid de la Meije – Les Cerces

Avant d’arriver au tunnel du Galibier, nous voyons les VTTistes croiser la route pour monter en haut. Je demande à Caro si ils sont sur le vélo ou à pieds car je conduis. Je suis tout excité. Si je le monte un jour…

DSC06104Lorsque nous arrivons au resto côté Valoire, je ne sais pas encore qu’il fait -5°C mais il fait très froid, c’est sûr ;). Nous sommes dans le brouillard et nous voyons débouler les « élites » du col. Certains sont sur le vélo, d’autres à pieds. Il parait qu’ils ont du soleil là-haut. D’après la météo, nous devrions avoir beau temps toute la journée, mais nous sommes à 2600m et du mauvais côté en plus. Je m’habille chaudement et Caro m’aide à préparer le vélo.

DSC06105Je signe la feuille de départ et la bénévole me dit que je peux partir. C’est sympa, je n’ai pas à attendre 30mn au froid. Dès la première marchounette à descendre, mon prédécesseur bouchonne. Je le laisse un peu partir devant. Alors que les crampons des pneus auraient du pénétrer dans le sol lors d’un léger freinage, je sens ma roue avant se bloquer. Pas bon signe, le sol est gelé. Je passe alors en mode prudence +.

Je rentre dans une série d’épingles et tombe sur un bouchon. Le sol n’est plus gelé et je ne comprend pas trop ce qu’ils font à marcher à côté de leur vélo. Je trouve un raccourci et récupère le chemin double voies. Je commence un peu à monter dans le rouge car ça n’avance pas et il y a encore de la place pour passer.

A la Lauzette, on passe en mode single et les premières difficultés arrivent. Un raidar en descente et je vois un jeune le prendre d’une manière que je n’ai jamais envisagée auparavant : une papatte sortie et le vélo légèrement en travers. A essayer ultérieurement, pour l’instant, c’est pas le moment d’innover. Un autre passage technique où ça bouchonne et nous arrivons en bas de la combe de Mortavieille. Je me déshabille car la montée s’annonce chaude.

DSC06189

A Plan-Lachat, Caro est là pour prendre des photos. Je m’aperçois que mon GPS n’enregistre pas ma trace car je l’ai mis sur le mode « vélo d’intérieur »… On passe sous la route en longeant le ruisseau. Je rate le raidar qui monte derrière. En regardant ma démultiplication, je réalise que ma selle est descendue au mini. En la remettant en position normale, ça va tout de suite beaucoup mieux… Pas réveillé… J’ai mis une graisse anti-craquements mais elle est trop glissante visiblement…


Jusqu’aux Mottets (premier ravitallement), mon cardio ronronne entre 150 et 160 pour une pente aux alentours de 6%. Un jeune en semi-rigide me pose ainsi que ses 2 potes. La pente se durcit. Deux camions militaires remontent la piste à fond les manettes. J’en profite pour humer les bonnes odeurs de gasoil qui me manquent.

Je rattrape un FAT avec qui je discute un peu. Un belge se joint à nous et dit que c’est la première fois qu’il fait des descentes où il va moins vite qu’en montée. Ca patine quand il se met en danseuse. Passe le camp des Rochilles où les camions militaires sont en position, probablement pour récupérer des légionnaires qui doivent crapahuter par là. Au loin, je vois un raidar où tout le monde est à pieds.

Un bénévole note mon numéro et je lui dis que ça doit bien se monter ce truc tout en choisissant ma démultiplication. Il me répond que c’est peut-être pas la peine de se casser les pattes si tôt. C’est trop tard, j’ai déjà attaqué le truc. C’est drôle car je ne suis pas essoufflé de suite et je peux demander pardon pour qu’on me laisse passer. Mon bassin est bien posé en pointe de selle. Pas trop en avant pour ne pas déraper, pas trop en arrière pour garder la roue avant au sol. En vélocité, mes pieds me servent de centrale inertielle pour stabiliser l’ensemble. C’est bon :). Je profite d’un léger adoucissement de la pente pour récupérer mon souffle. Un autre raidar et je craque finalement à 100m du col.

La descente ensuite est magique. La vue sur le lac des Cerces et ses rochers campés comme la roue d’un pan est tout simplement magnifique. Mais il faut rester concentré sur la descente où on nous signale un danger. Principe de précaution encore en vigueur, je déclipse tout en profitant pour me rincer les yeux tant que je peux.

En quittant le lac, je rattrape un participant qui a des crampes. J’essaie de lui donner des conseils et il prend ma roue. La montée sur la Ponsonnière se passe pas mal sur la selle avec quelques passages en poussette ou porté.

Au col, je me rhabille un peu tout en profitant de la vue. A l’entrainement, j’ai détesté cette descente. Je me laisse un peu aller. Je rattrape le semi-rigide qui m’a posé dans la montée des rochilles. Ses potes sont là. On va se tirer la bourre jusqu’en bas :). A l’entrainement, j’ai mis 45mn à descendre, là 30mn :). Plus de pancarte prudence, c’est tout à fond, chacun sa trajo :). Rah, ça sentait le chaud au ravitaillement de l’Alpe du Lauzet. Caro a marché pour nous rejoindre. Nous retrouvons un peu la civilisation.

On repart sur un balcon à flanc de montagne. Impressionnant, ne pas regarder en bas, j’ai le vertige. C’est mon premier refus d’épingle. La piste devient de plus en plus technique et je rattrape deux participants. Le premier s’élimine tout seul en plantant sa pédale dans le flanc de la montagne et déréglant son guidon. Il n’en reste plus qu’un que je dépasse dans un pierrier, vélo sous le bras. Deuxième refus d’épingle dans la descente : je pensais qu’il n’en restait plus, j’avais lâché les freins :/.

DSC06406

On traverse la route en passant dans le caniveau. J’ai peur de la glissade. Mon sac touche tout le long. Finalement, ça passe bien pour attaquer le Lautaret. Je choisi de prendre le premier raidar long et bosselé à pieds. Un participant sur son vélo me rattrape tout doucement et me dépasse. Je passe le second sur le vélo pour arriver au final ensemble au col. Caro est à nouveau là pour les photos :).

Second ravito, je me délecte du pudding fait par l’auberge Les Agneaux à Villar d’Arène. Quelques sauts en longeant la route, je rattrape un participant qui me surprend en ralentissant. Cling-cling-cling, le bruit de mes crampons sur son disque. Oups, mile excuses. Un peu plus loin, je sens ma manette de frein droite bien molle. Je sais tout de suite ce qu’il se passe. Je fais demi-tour et récupère ma plaquette de frein AR que je m’empresse de repositionner avant de traverser la route encore dans un caniveau.

DSC06453

Caro est à nouveau là, en train d’essayer de se faire son sandwich. Mais je ne lui laisse pas assez de temps ;). Encore un caniveau pour traverser la route. La bénévole me dit : « Attention, ça glisse. Ceux qui ont pris le rebord à gauche s’en sont mieux sortis que les autres » :). Je suis le conseil. Effectivement ça glisse et effectivement, ça passe bien à gauche :).

La montée sur le lac du Pontet s’approche. J’ai déjà tout monté à l’entrainement. Je suis donc confiant. Mais je n’arrive pas à passer le second raidar sur le vélo. Je passe le premier  après le lac, mais à nouveau, le second ne passe pas. Erreur stratégique de ma part car le second est beaucoup plus rigolo à passer… Bref, j’arrive à l’Aiguillon et fais la descente à un rythme élevé. Je me remets en léger mode sécurité car je ne me sens plus aussi lucide que pour la Ponsonnière.

La fin se passe vite et j’arrive à la Grave où Caro m’attend. Elle n’a pas pu monter au Pontet car ils avaient neutralisé l’accès au lac pour les voitures et elle n’aurait pas eu le temps de monter avant que je n’arrive.

Première journée très agréable. J’ai tourné plus vite qu’à l’entrainement et mieux. Cependant, j’ai une légère douleur aux genoux qu’il va falloir bien reposer pendant la nuit. Le premier de la 110km arrive sous nos yeux. Il a mis 10h. C’est un extra-terrestre. Les concurrents doivent arriver jusqu’à 19h30… Bien content d’être arrivé :).

Benoît, notre co-demi-pensionnaire à l’Auberge Ensoleillée est arrivé bien avant moi. Il a effectué les 70km dans le même temps que je l’ai fait pour mes 50km. Il est septième.

Photos : Caroline Constant et Marc Chaland

Capture-3D-Meije

Une réflexion sur “Rando Raid de la Meije – Les Cerces

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s