Les Chemins du Soleil 2021 : jour 1 / Gap – Sisteron

Avec la pandémie et l’agenda de ma sœur pour récupérer sa progéniture, la semaine de vacances familiale chevauche les chemins du soleil. Pour pouvoir concilier tout ça, on a choisi de faire cette semaine à Gap, lieu de départ des Chemins du soleil cette année. Du coup Caro sera avec nous pour cette aventure de trois jours 🤗.

En fait, l’aventure a commencé un peu avant. Cyrille a trouvé le moyen de foirer un axe de sa suspension arrière. Si Orbea a bien fait son design, je suis convaincu qu’il ne s’agit pas de l’insert dans le carbone qui est foiré mais plutôt l’axe. D’autant plus qu’il existe des kits vendus avec les roulements. Cela laisse à penser qu’il est d’usage pour le Occam de changer les axes en même temps que les roulements. Cyrille réussit à en trouver je ne sais où. Il choisit de les faire envoyer au camping et ainsi les récupérer à son arrivée jeudi soir.

On envisage toutefois un plan B. Il prendra mon Bronson, que j’ai laissé chez lui pour la Pyr’Epic qu’on doit courir le week-end d’après, au cas où. Ça ne m’arrange pas car il est réglé  « mou » pour la montagne et ça ne va pas lui convenir. Mais c’est mieux que rien…

Eh oui, j’ai oublié de le préciser, mais pour la deuxième fois, j’ai choisi de ne pas rouler avec le Bronson en raid, mais avec le Caminade. Après-tout c’est un XCM (cross-country marathon). Il est étudié pour… La logistique prévue est :

  1. Je descend à Gap avec le SimpleTrack (Caminade) en train
  2. Cyrille le remonte avec lui
  3. Je passe la semaine suivante chez mes parents, à Alès
  4. Il descend le Bronson à Toulouse où je le rejoins en train – c’est pour ça que je l’ai laissé chez lui
  5. On remonte tous les deux dans la GVQP (Grande Ville Qu’est Paris)

Cela explique le fait que j’ai laissé le Bronson chez lui avant de partir à Gap. Vous suivez ? 🤪

Pendant la semaine, je me fais une petite sortie dans le coin et trouve le moyen de taper assez fort la jante. Heureusement, le pneu n’est pas déchiré. Il n’a pas bougé non-plus. Du coup, je note qu’il serait peut-être bien de mettre un insert dans la roue arrière.

Les kits sont arrivés. À l’occasion de courses à faire à Gap, je pars les chercher au fin fond d’une zone industrielle, chez le transporteur. Le plan commence à se dérouler sans accroc 🕺🏻.

Cyrille arrive en fin d’après-midi un peu fatigué. Il monte le kit et serre l’axe au couple. Clic, ça marche 🙌. Il fait quelques essais et c’est dans la boîte ✌️. Mon père va récupérer le Bronson et il nous le redonnera après le raid. Oui, c’est compliqué, mais on va y arriver 🤪.

On récupère nos plaques, prend un deuxième diner (oui, les émotions, ça creuse😜) et regarde les élites partir pour l’épreuve de nuit. On part se coucher tôt car le départ est à 7h et on a une vingtaine de minutes entre le camping et l’aire de départ.

On doit quitter le bungalow de nuit. On essaie de ne réveiller personne. Je file ma lampe arrière à Cyrille et on se suit. Rapidement, nous sommes épaulés par l’éclairage public. Ma lampe passe juste en réserve en arrivant 😬. Caro récupère nos vestes et c’est bien pratique pour ne pas trop nous charger pour la journée.

Le départ est plutôt fluide malgré quelques petits accordéons pas méchants. Nous sommes bien placés et on n’a pas perdu de temps à retirer nos vestes. Sur le roulant, Cyrille imprime un rythme assez fort, voire carrément fort. Et il y en a pas mal sur cette première étape. À plusieurs reprises, il m’attend pour que je puisse prendre sa roue.

Dans les premières descentes engagées, mon bidon me passe devant en roulant. Mon support n’est pas assez solide et je finis par le mettre dans mon sac, dans une poche avant pas forcément adaptée pour ça.

Sur un passage technique, juste au-dessus d’un endroit où Caro est postée, Cyrille met un pied à terre. À cause d’elle, je ne peux pas prendre la trajectoire  « simple et belle » sans la mettre en danger [Addendum Caro = pfff 🙄]. Je suis obligé de passer plus lentement sur une trajectoire plus  « arrondie ». Dommage pour la photo 🤷🏻‍♂️.

Cyrille se fait interviewer en roulant à l’occasion d’une montée bien raide. Son sens du parler fait mouche auprès de l’équipe média car il passe dans la vidéo résumé du raid 👍.

Nous allons récupérer plusieurs élites féminines dont une paire jardine un peu. Je les vois nous rejoindre sur la trace et les invite à suivre la locomotive qui est devant 🚂. Elles finissent par décrocher et moi aussi un peu, puis un peu plus, puis un peu beaucoup…

En arrivant sur Sisteron, Cyrille fait une Cyrille : il rate une épingle et m’indique qu’il faut prendre un peu avant à droite. Ce que je fais. Finalement, on arrive tous les deux ensembles mais j’ai beaucoup souffert et il m’a pas mal attendu. Je crois que je n’ai jamais roulé aussi vite de ma vie sur ce type de terrain.

Crédits photos :

  • Caroline Constant
  • Jérôme Genée
  • Cyrille Lebossé
  • Marc Chaland

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s