Les Chemins du Soleil 2021 : jour 2 / Sisteron – Montbrun-les-Bains

À Sisteron, le bivouac n’est pas dans un camping mais sur une aire de loisirs, à proximité d’un gymnase. Les sanitaires sont présents en quantité suffisante. Pour moi qui ai l’habitude du rugby et de ses douches collectives, ça m’évoque juste un peu de nostalgie. Mais pour d’autres, c’est un peu moins naturel. Je suis toujours surpris par cette  « efficacité » et rigueur dans l’accomplissement des gestes d’hygiène. La queue pour aller manger nous permet de côtoyer les grosses stars comme Émeric Turcat.

Sous l’impulsion de Caroline, nous sommes prêts très rapidement le lendemain matin. Malgré cela, le début de parcours est un peu chaotique. Nous avons quelques portages englués dans le trafic. Je me bat avec mon short qui n’arrête pas de se prendre dans mon bec de selle. Nous laissons passer une moto de l’assistance médicale qui semble mieux se jouer que nous des difficultés techniques du terrain. C’est rassurant. Ils peuvent venir nous chercher à des endroits improbables.

Une fois passée cette difficulté, la journée s’annonce radieuse. J’arrive à prendre un peu les devants sur des montées un peu compliquées et rattrape un peu ma journée d’hier à la rue. Cyrille demande une pause barre car il a un coup de mou. J’aurais dû faire de même car, un peu plus loin, alors que nous rattrapons les dernières élites féminines, j’ai a mon tour un gros coup de pompe. Je finis moi aussi par payer la grosse journée d’hier.

On arrive finalement à faire le dos rond et à reprendre nos forces vives pour boucler cette étape plus courte et plus « tout-terrain ».

Montbrun est un joli village. On a droit à un tour du propriétaire. C’est juste que c’est pas super plat 😅. À nouveau, le bivouac est hors camping. En revanche, il faut aller se doucher à la piscine un peu plus loin et elles ne sont pas toutes opérationnelles. Ça se télescope un peu mais sans plus. Nous avons réussi à trouver une place à l’ombre, juste à côté de la tente de Laetitia Roux.

Pour la première fois, j’entends parler de chaîne en plastique au sujet de la courroie du SimpleTrack 😁. Pour la petite référence, on qualifiait de la même manière les premiers vélos carbones de vélos en plastique 😁. Signe du destin ?

Crédits photos :

  • Caroline Constant
  • Jérôme Genée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s